COMMUNIQUE DE PRESSE

Im_Article_Signature

Sous le patronage de Monsieur Régis IMMONGAULT, Ministre de l’Economie, de la Prospective et de la Programmation du Développement Durable, le Conseil National Climat et la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) ont organisé ce vendredi 30 juin 2017, l’Atelier de lancement des activités du Fonds Vert pour le Climat au Gabon.

Le Fonds vert pour le climat (GCF par son sigle en anglais) est le mécanisme financier de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques issu d’un consensus réunissant 194 gouvernements et lancé en fin 2011. Il a pour objectifs de limiter ou de réduire les émissions de gaz à effet de serre dans les pays en développement et d’aider les communautés vulnérables à s’adapter aux impacts des changements climatiques dans le but de maintenir l’élévation moyenne de la température de la planète en dessous de 2 °C.

En février 2016, le GCF avait levé l’équivalent de 10,2 milliards de dollars américains de capitaux, promis par 42 gouvernements pour financer des projets d’adaptation et d’atténuation dans les pays en développement.

L’atelier de lancement des activités du Fonds Vert pour le Climat au Gabon a permis de réunir plus de 200 participants venant de diverses institutions publiques et privées ainsi que de la société civile et du monde universitaire.

Aussi, il a été l’occasion de présenter la politique climat du Gabon, les opportunités de financement du GCF, l’appui préparatoire en cours aux activités du Fonds Vert pour le Climat, ainsi que mécanisme de transfert de technologies sur le climat.

Lors de cet atelier, le Ministre de l’Economie a rappelé l’importance pour le Gabon de respecter ses engagements pris devant la communauté internationale en 2015 et renouvelés en novembre 2016 à travers la ratification de l’Accord de Paris par le parlement gabonais, portant notamment sur la réduction de moitié de ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2025.

Il a précisé par ailleurs que le Gabon assumera sa part de responsabilité dans l’effort mondial de réduction des émissions de gaz à effet de serre en s’appuyant sur le profil de ses émissions qui reposent principalement sur les secteurs de l’utilisation des terres, de la production d’énergie et du torchage du gaz naturel dans l’industrie pétrolière.

Tout en soulignant que le gouvernement avait déjà pris des mesures importantes notamment l’adoption de la loi d’orientation sur le développement durable, l’élaboration du plan national climat et la création plus récente de la commission interministérielle chargée de l’élaboration du plan national d’affectation des terres.

Monsieur Régis IMMONGAULT, Ministre de l’Economie, de la Prospective et de la Programmation du Développement Durable, a fini son allocution en précisant que « les organisations de la société civile doivent être associées à cette stratégie de développement durable en tant que partenaire afin que celles-ci, au-delà du rôle consultatif souvent accordé, puissent aujourd’hui se renforcer techniquement et contribuer à la mise en œuvre des projets. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *