pnc

Plan National Climat

La tenue de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement, à Stockholm, en 1972, marque le début de la prise de conscience par les États des risques associés à une croissance économique essentiellement soutenue par l’utilisation incontrôlée des ressources et de l’espace, à l’échelle même de la terre, ou à celle d’un territoire donné. Suite à la tenue de cette conférence, le Gabon établit dès 1976, par voie de décret et ordonnance, la volonté de l’État d’encadrer les pratiques en matière d’environnement, de protection de la nature et de contrôle des pollutions. Il se dote, par la suite, d’un cadre légal et institutionnel témoignant de sa volonté d’inscrire son développement sur des bases porteuses et susceptibles de limiter les risques encourus par l’exploitation de ses ressources naturelles. Le pays adhère ainsi à plusieurs conventions internationales relatives à des problématiques environnementales qui le préoccupent. Il sera partie à de nombreux accords multilatéraux sur l’environnement (AME), notamment en matière de protection du milieu marin et côtier et des zones humides (Ramsar, 1971), de protection du patrimoine mondial culturel et naturel (Paris, UNESCO, 1972), de commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES, 1973), de protection des espèces migratrices (Bonn, 1979), de droit de la mer (CNUDM, 1982), d’exploitation et de commerce des bois tropicaux (ITTA, 1983), de protection de la couche d’ozone (Vienne et Montréal, 1985, 1987), d’érosion côtière (Abidjan, 1989), de mouvements transfrontaliers et d’élimination des déchets dangereux (Bâle, 1989), et de plusieurs autres problématiques d’intérêt commun. Le pays participe aussi, au cours de cette période, à plusieurs programmes régionaux et internationaux ayant trait à la saine gestion des ressources et à la protection de l’environnement. De plus en plus sensible aux problématiques environnementales, et souhaitant s’impliquer de manière encore plus marquée dans la gestion responsable de ses ressources naturelles, le Gabon se dote, en 1985, d’un Ministère de l’Environnement et de la Protection de la nature.