Présentation

NOUVEAU CODE FORESTIER

Le code forestier du Gabon adopté en 2001 avait pris le cap d’une gestion durable de la filière Forêt-Bois, avec une claire orientation vers l’aménagement durable des exploitations forestières, l’industrialisation de la filière bois (75% de transformation locale du bois sur 10 ans), la conservation et la protection de la biodiversité et des écosystèmes.

Le Gabon dispose maintenant d’une cartographie complète de son couvert forestier pour les années de référence 1990 et 2000, et sur près de 40% de son territoire pour l’année 2010. Ce projet de l’Agence Spatiale Européenne (ASE) a été réalisé en partenariat avec la société SIRS (Systèmes d’Information à Référence Spatiale SAS) dans le cadre du projet GSE FM extension REDD. Cette cartographie a été réalisée grâce au traitement d’images Landsat pour les années 1990 et 2000 et d’images Landsat, ASTER, SPOT, RapidEye et AVNIR-2 pour 2010.

D’après cette étude, la forêt représente plus de 88% du territoire gabonais soit environ 23,7 millions d’hectares. Le taux de déforestation net entre 1990 et 2000 est établi à 0,026% par an pour les dix ans, soit une diminution d’un peu plus de 61 000 ha entre les deux dates. Ce taux est faible et reste inférieur aux estimations précédemment publiées notamment par la FAO. La déforestation brute est estimée à un peu plus de 100 000 ha et près de la moitié est due à l’exploitation forestière et à l’ouverture de routes alors que près d’un tiers de la déforestation est due à la conversion de la forêt en prairie/savane.
Évolution du couvert forestier dans les forêts tropicales du monde depuis 1990
Malgré le nombre croissant de permis forestiers depuis 1957, la forêt gabonaise est restée bien conservée, avec une perte de couvert forestier relativement faible (61 000 ha de forêts perdues de 1990 à 2000). Ce résultat montre que d’une manière générale, la forêt gabonaise est gérée sur des principes de développement durable.

PARCS NATIONAUX

En 2002, le Gabon a procédé aussi à la création de nouvelles aires protégées (voir carte 2011) après un processus national d’évaluation (13 nouveaux parcs nationaux), renforçant ainsi sa stratégie de préservation des forêts et de leur biodiversité.

INTERDICTION D’EXPORTATION DE GRUMES

Le volume de production des grumes est en moyenne de 3,4 millions de m3 par an, dont seulement 40% est transformé. Cependant, depuis 2010 une mesure gouvernementale interdit l’exportation des grumes suscitant ainsi d’importants projets de transformation du bois au Gabon.