Émissions

ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DANS LE SECTEUR DE L’HABITAT

Dans le secteur de l’habitat, il s’agit d’émissions indirectes. Elles proviennent essentiellement des types de matériaux utilisés et des besoins de consommation d’énergie dus à l’électroménager,
mais aussi aux fins de construction. Elles sont aussi comptabilisées au titre résidentiel et représentent 95 Gg de CO2 au même niveau que l’agriculture (98 Gg), l’ensemble derrière le
transport (400 Gg). Ces quelques informations indiquent que l’habitat est encore parmi les secteurs d’activité les moins émetteurs (figure ci-dessous).

Emissions des GES dans le secteur de l’habitat (Source : Rapport Carbone 4)

Émissions des GES dans le secteur de l’habitat (Source : Rapport Carbone 4)

Les villes qui se sont développées ne disposent pas de tout-à-l’égout (3% seulement de la population est reliée à l’égout). Les eaux usées , comme les eaux de ruissellement, dont le volume augmente avec l’imperméabilisation du sol, s’écoulent vers l’aval pour finir par stagner dans une flaque, un marigot ou dans un puisard.
De même, la question de l’évacuation des déchets solides et de leur traitement restent une préoccupation majeure pour les autorités et les populations.
Le rapport du Profil Environnement Pays pour le Gabon (mai 2007), donne un taux de mis en décharge de 0,96 kg / pers / jour.
une autre étude réalisée par le PAPSUT en 2001 donne un volume de déchets de 605 670 m3 soit 357 345,3 tonnes (masse volumique des déchets domestiques en vrac 0,59 t / m3) collecté pendant 33 mois (février 1996 à décembre 1998). La quantité journalière de déchets collectée est estimée à environ moins de 400 tonnes / jour28.
Finalement le taux de mise en décharge a été calculé sur la base des informations collectées sur la commune de Libreville.

habitat émission

Le tableau et la figure ci-dessus montrent les résultats des émissions du secteur des déchets par source et par gaz. Comme on le voit, la principale source émettrice est la source des déchets solides municipaux. Elle est suivie par la gestion des eaux usées. L’incinération des déchets est insignifiante à coté de ces deux sources.
Dans le secteur de l’habitat, il s’agit d’émissions indirectes. Elles proviennent essentiellement des types de matériaux utilisés et des besoins de consommation d’énergie dus à l’électroménager, mais aussi aux fins de construction. Elles sont aussi comptabilisées au titre résidentiel et représentent 100,2 Gg en CO2 devant l’agriculture (98,6 Gg ) et après le transport (403,1 Gg ). Ces quelques informations indiquent que l’habitat est encore parmi les secteurs d’activité les moins émetteurs.